Présentation de TERRES & BIEN-ÊTRE NOIRS

Préambule

 

« Terres et Bien-être Noirs - TBN » lance une dynamique de développement agricole durable en Guinée et dans les pays subsahariens en général. L’organisation d’un séminaire multi-acteurs multipliant les temps d’échanges et de partages aussi bien sur les pratiques que sur les perspectives (tables -rondes, atelier et conférences de convergence), se fait dans le but d’orienter l’avenir vers une meilleure qualité de vie pour les agriculteurs en particulier et les populations des pays subsahariens en général. Considérant que le bien-être des Subsahariens est étroitement lié à leur rapport à la Terre - principale garantie d’une alimentation saine pour tous -, il apparaît primordial de promouvoir, investir et développer une agriculture familiale subsaharienne en capacité de subvenir aux besoins des populations au niveau local, national, international et sous régional. Le fonctionnement de cette agriculture sous une forme “Coopérative”, avec une gouvernance sociale, éthique, équitable et solidaire, semble de ce fait, incontournable.  

 

Une réunion de préparation

 

     

  Le changement climatique est également un enjeu de taille à relever. Développer des techniques alliant des modes culturales ancestraux au connaissances agroécologiques contemporaines et former les agriculteurs pour s’adapter à leurs terrains est indispensable à leur survie et au bien-être des Subsahariens.

 Cette solution de l’agriculture paysanne et agroécologique subsaharienne paraît être la meilleure pour garantir une alimentation saine pour tous toute en permettant le respect des écosystèmes en première ligne pour ce qui est de l’avenir de notre planète. En effet, respecter l’environnement et la santé des travailleurs, proscrire l’utilisation d’intrants chimiques, adopter des comportements citoyens et de nouvelles formes d’énergie (solaires, biogaz etc…) tout en garantissant une production dense basée sur les mécanismes naturels des écosystèmes, permettent la diversification des productions agricoles indispensable à un apport de nutriments variés. La conservation, la transformation et la distribution sont autant de sous-secteurs concernés par la réflexion globale à conduire; ré-inventer des modèles économiques prenant en compte aussi bien les techniques que la gestion et l’exploitation agricole.

  Réorganiser les modes de distribution et de diffusion des denrées et produits agricoles se révèle alors indispensable pour une meilleure accessibilité. Les circuits courts participent au développement économique au niveau local et national alors même que l’agriculture intensive et mono-culturale déployées actuellement sur les territoires subsahariens appauvrissent terres et humains.

 Le modèle des coopératives agricoles permet de mutualiser les ressources économiques et matérielles des paysans et garantit la redistribution de leurs produits. Il s’agit d’une base pertinente pour envisager le bien-être des agriculteurs. Il faut toutefois pointer les dérives qui ont accompagné le développement économique des coopératives agricoles jusqu'à ce jour, émerger des nouvelles lecture des coopératives et leur gouvernance, avoir à cœur de réussir un déploiement efficace des coopératives agricoles en Afrique subsaharienne. Des rencontres entre paysans, chercheurs, agronomes et décideurs politiques nous semblent être une bonne occasion de réfléchir ensemble à ces questions. L’appui politique du gouvernement est indispensable à la réalisation de ces objectifs car il peut donner un cap au développement agricole du pays, protéger la population contre les pressions des multinationales agroalimentaires et réglementer le marché intérieur.

TBN Conakry 2018 est l’espace par excellence où ce vaste et indispensable travail, permettra le développement d’une agriculture familiale spécifique à notre belle Afrique.

 

Module2

Connexion