atelier
manifestation
diaspora
Forum

 

Vos dons nous portent !

Soutenez-nos actions d’éducation

 

Flux d'actualité

Fil d'actualité introuvable


Ce qu’il faut savoir du déconfinement à partir du 03 Mai 2021

 

POINT DE SITUATION

 

Le président de la République Emmanuel Macron a annoncé, dans un entretien à la presse régionale, un déconfinement en quatre étapes progressives, du 3 mai au 30 juin, conditionnées à la situation sanitaire dans chaque département.
 

 

Première étape : 3 mai 2021
Fin des attestations de journée et des restrictions de déplacement.
 

 

Deuxième étape : 19 mai 2021
Couvre-feu repoussé à 21h et réouverture des commerces, terrasses, musées, salles de cinémas et théâtres avec des jauges limitées. 
 

 

Troisième étape : 9 juin 2021
Couvre-feu à 23h et réouverture des cafés et restaurants en intérieur et des salles de sport.
Assouplissement du télétravail, en concertation avec les partenaires sociaux au niveau des entreprises.
 

 

Quatrième étape : 30 juin 2021
Fin du couvre-feu.
 

 

Ces mesures nationales pourront être tempérées par des « freins d’urgence » dans les territoires où le virus circule trop :

 

  • taux d’incidence supérieur à 400 infections pour 100 000 habitants ;

  • augmentation brutale du taux ;

  • risque de saturation des services de réanimation.

 

Illustration : Service d'information du Gouvernement

L’ensemble de ces mesures seront précisées dans le cadre d’une « grande phase de concertation » (parlementaires, partenaires sociaux, professionnels des secteurs et élus des territoires) sur l’agenda et les protocoles de réouverture.
Ce travail donnera lieu à une présentation en détail par le Premier ministre au cours de la semaine du 10 mai 2021.

 

 

 

 

                                                                                                                                                   

 

 RAPPORT SYNTHETIQUE DU SEMINAIRE

 

                             
Poursuivre la lecture du rapport >>> 

Introduction


Au regard des multiples problématiques environnementales qui menacent les pays du globe (pollution, sécheresse, déforestation etc.), la gouvernance mondiale de l’alimentation s’oriente dorénavant vers la promotion des techniques agricoles locales, durables et écologiques. Face aux défis socio-économiques et environnementaux auxquels est confrontée l’agriculture subsaharienne, les Etats se doivent de s’engager pleinement vers des modèles agricoles prometteurs en termes de bénéfices sociaux, environnementaux et économiques. Une alimentation saine et locale est primordiale pour la santé et le bien être des communautés.
C’est dans ce contexte que Terrafrik Guinée, en partenariat avec l’ISAV et avec le soutien financier et technique du Programme Alimentaire Mondial (PAM), du PNAAFA, d’Aide et Action, de France Volontaires et l’Organisation des Nations Unies pour le Développement (PNUD), a organisé le séminaire « Terres et Bien-être Noirs » (TBN) à l’Institut Supérieur Agronomique et Vétérinaire de Faranah, du 18 au 20 décembre 2018.
Le choix de tenir ce séminaire à Faranah n’a pas été un hasard : Terre de naissance de feu Ahmed Sékou Touré, premier Président guinéen et père de l’indépendance. Faranah est située dans une région à la terre fertile et à haute potentialité agricole, où se trouve la source du fleuve Niger qui alimente en eau le centre et l’est du pays et de nombreux Etats voisins (la Sierra Leone, le Mali, le Niger, le Bénin et le Nigéria, etc…).

 

 

TOUS FAITS D’EAU !

C’est grave Docteur ?

 

 

NOS TERRES !

Notre Alimentation

au future.

 

Logeons-nous !

Y ' a de la place sur TERRE...

 

L’eau est partout dans notre Système solaire et au-delà, autour d’autres étoiles, dans les nuages moléculaires d’autres galaxies, etc. ©Nasa                    

                                 

 

 

Insectes - viande cultivée en laboratoire - poisson d’élevage - Faux poisson – algues – Le Tout OGM - Alimentation imprimée en 3D... La course aux protéines est lancée

                               

 

                     

Datant de plus de 5000 ans (la première maison enterrée connue est celle de Skara Brae, située dans les Iles Orcades dans le Nord de l’Ecosse)

         

 

 

 

PODCAST

06/02/2021

PODCAST

15/02/2021

PODCAST

18/02/2021

 

Lab'Eau TER - THEO 01

M. Amadou BAH - Action Mines Guinée

Lab'Eau TER - THEO 02    

M. Alpha Abdoulaye DIALLO - PCQVP Guinée                                          

Lab'Eau TER - THEO 03              

M. Mohamed Oyé GUILAVOGUI - Ministre de l'Environnement, des Eaux et Forêts

EXTRACTIVISME &
TRANSITION ÉCOLOGIQUE
BONNE GOUVERNANCE &
TRANSITION ÉCOLOGIQUE
VOLONTÉ POLITIQUE
MÉCANISMES INTERNATIONAUX
& TRANSITION ÉCOLOGIQUE

 

 

 


                 

                           

 

   

Où en sommes nous ?

Les pays africains font face à des dérèglements directement liés à l’action de l’homme sur son environnement
S’il est mesuré aujourd’hui que l’Afrique n’est pas le continent responsable du niveau actuel de dégradation de l’environnement et de ses écosystèmes (moins de 4 % des émissions de CO2), les populations subsahariennes n’en sont pas moins impactés : pluviométrie perturbée, dérèglement du climat, désertification/dé-fertilisation des sols, pollution de l’air et j’en passe…

Par ailleurs, la diplomatie de la DETTE qu’appliquent les pays du G20, s’appuie sur une surexploitation des ressources naturelles africaines pour pour accentuer leur influence et s’imposer dans la gestion de ces même ressources. La complicité coupable ou naïve des dirigeants africains et d’une élite en mal d’intégration dans le système financier mondial, facilite et consolide le statut-quo au moment même où nous faisons face à une double crise sanitaire et environnementale. De nombreuses alternatives citoyennes ce développent un peu partout dans le monde, dans l'espoir d'impulser et d'accélérer l'entrée des dirigeants politiques dans une dynamique de transition écologique.

Que fait le citoyen subsaharien ? Où est-il sur l'échiquier international à ce sujet ?

La construction d’une conscience citoyenne à l’échelle d’une nation est désormais cruciale et urgente. Sa mise en mouvement l’ai encore plus. Les populations subsahariennes doivent plus que jamais être résilientes, perspicaces, et volontaires pour faire face à ces situations. Mais elle doivent prendre en main les leviers d’une interposition éclairée et solide. Et pendant ce temps …

Que fait la société civile subsaharienne fédérée et sensibilisée ?

Lab’EauTER questionne,

Lab’EauTER enquête,

Lab’EauTER informe,

Lab’EauTER propose

 

 

PAROLES D'ACTEURS RESSOURCES

Podcasts ou vidéos ici

   

M. BAH Amadou, Directeur exécutif Action Mines Guinée

 

 

Module2

Connexion